Mini-conférence 5@7 - 21 février 2019 // Québec

 

 

 

 

 

 

C'est avec grand plaisir que les membres du conseil d’administration de l’Association québécoise de vérification environnementale vous invitent à son 5 à 7  le jeudi 21 février 2019.

Gérer le risque de l’évaluation environnementale d’un site : quantifier pour se tromper le moins possible

DESCRIPTIF :

Définir le risque passe par une quantification et une décision finale « humaine » prise par celui qui encoure le risque. L’estimation du risque a cette double dimension : la première est rationnelle et chiffrée, c’est celle des statistiques et des mathématiques ; la seconde est laissée à l’humain – elle correspond à son « facteur » de confiance pour le projet sur lequel il prend des risques.

Il n’existe pas à ce jour de « boite noire » qui puisse quantifier parfaitement le risque et fournisse un pourcentage d’exactitude des résultats d’une évaluation environnementale. L’une des raisons réside dans l’interprétation humaine des risques présente à chaque étape de quantification : choix d’une méthode statistique sur une autres, choix de certains paramètres, etc.
Quels sont les outils quantificateurs que nous pouvons utiliser pour caractériser les évaluations environnementales ? Comment peut-on les utiliser, quelles sont leurs limites ? Seront mentionnés notamment : les problématiques sur l’échantillonnage, la géostatistique et les aspects liés aux incertitudes sur les résultats d’une évaluation environnementale.
 
L’objectif de cette présentation est de montrer la nécessité de quantifier les conclusions d’une évaluation environnementale mais surtout la place primordiale de la prise de décision par l’humain à chacune des étapes. Il faut donc comprendre les notions clés : hétérogénéité, connaissances du terrain, statistiques pour ensuite utiliser son intuition au mieux. 50% est dédié aux outils quantificateurs : utilisation de la géostatistique pour la caractérisation mais aussi aux outils associés : statistiques, bilans massiques, science des données. 50% est dédié à la compréhension de ces outils – à leur mise en perspective pour que leur utilisation soit raisonnée.
 

CONFÉRENCIER : Antoine Heude, Ingénieur ENSG chez Envisol

Ingénieur d’étude responsable de l’organisation et du suivi des chantiers. Traitement des données et interprétation des résultats. Capable de traitements statistiques poussés sur les jeux de données fournis.

Diagnostics de pollution sur les milieux eaux, sols, gaz du sol et air ambiant (études historique et documentaire, diagnostic initiaux et diagnostics approfondis) Études de sensibilité et de vulnérabilité de la nappe, suivis de la qualité des eaux souterraines, conception d’un réseau de surveillance et suivi de réalisation de piézomètres.

Géostatisticien en charge des études géostatistiques environnementales. Application et développement technique sur la méthode PARETO. Modélisation des polluants sur les milieux sols et gaz du sol PARETO SOL élaboration des méthodes pratiques d’application du PARETO Recherche R&D participation à divers projets R&D en statistiques/datascience/ statistiques Datascience avec modélisation et prédiction de comportement en fonction de plusieurs données d’entrée. Code sous R et Python. 
 
QUAND : Lundi 21 février 2019 de 17 h à 19 h 
 
LIEU : WSP
1135, boulevard Lebourgneuf, bureau 300 Québec, (Québec) G2K 0M5
 
PRIX :
Membre : 28 $ + taxes
Non-membre : 56 $ + taxes
 
Réservez rapidement votre place!
 

 

 

https://service.spg.qc.ca/clic/aqve/inscription/mini-conference-57-21-fevrier-2019-quebec-1347.aspx